La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin n'est pas ouvert le dimanche 04 42 91 43 59
logo Biocoop
Biocoop Sainte-Victoire

Semaine de la femme : interview de nos productrices, des femmes inspirantes ! Interview de Maïlis Paire, Editions Red'Active

Semaine de la femme : interview de nos productrices, des femmes inspirantes ! Interview de Maïlis Paire, Editions Red'Active

À partir du 11/03/2022

Dans le cadre de notre semaine des femmes à l'honneur, nous avons rencontré nos productrices, des femmes inspirantes ! 
Nous avons posé 4 questions à chacune d'entres elles. 
Voici leurs interview, ici celle de Maïlis Paire, qui a crée les Editions Red'Active à Rousset, une maison d'édition locale. 
Une femme inspirante et engagée...dont vous pouvez lire l'interview complète ici. 
Merci à elle pour ces moments de partage. 

Interview Maïlis Paire, éditions Red’Active


1) Présente-toi et ton parcours

Je m’appelle Maïlis Paire, j’ai 45 ans, et je me suis lancée à mon compte en 2018 afin de réaliser un rêve d’enfant et pour créer un poste à mon image et exercer des fonctions qui me correspondent parfaitement, ce que je n’avais jamais trouvé dans la voie classique du salariat. Je suis aujourd’hui éditrice de littérature française et, si le parcours est long et semé d’embûches, il mérite vraiment d’être vécu.


2) C’est quoi pour toi être féministe ?

Pour moi, être féministe, ce n’est pas exiger d’être l’égale d’un homme, mais être acceptée dans mes différences comme aussi compétente et intéressante qu’un homme, avec des spécificités et des dons différents. Je ne crois pas que les hommes et les femmes gagnent à être considérés comme semblables, au risque d’y perdre leur identité, de se perdre eux-mêmes. Nous devons avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs, mais ne pas nier les différences qui font que les femmes sont généralement plus sensibles et plus maternelles, par exemple. Ce sont des atouts que la société devrait mettre en avant au lieu de les considérer comme avilissants et chronophages.

Être féministe, pour moi, c’est avoir le droit d’être une femme dans tout ce que cela implique : du temps pour ses enfants, de l’aide, car elles sont souvent physiquement moins costaudes, mais aussi et surtout le plus grand respect pour ses luttes quotidiennes contre le monde et contre une sensibilité souvent exacerbée qui fragilise.

Être féministe, c’est avoir le droit d’être différente sans que cela ne génère le moindre mépris.

Être féministe, c’est être reconnue dans les difficultés liées au fait de devoir aujourd’hui, pour être une femme accomplie, être à moitié un homme et endosser mille et une choses pour se sentir à la hauteur…


3) As-tu rencontré des difficultés durant ton parcours parce que tu es une femme ?

Non. Je pense que je métier que j’ai choisi est fait pour les femmes, car il requiert des trésors de patience, de minutie, d’intégrité, de sensibilité, toutes ces petites choses qui font que suis fière d’être une femme… Néanmoins, à aucun moment formulation bancale je pense que les hommes n’ont pas également une place de choix à occuper dans le monde de la littérature, car au lieu de vouloir mettre les hommes et les femmes sur un pied d’égalité, je pense qu’il serait plus utile de voir à quel point ils se complètent, grâce à leurs différences de points de vue, notamment.


4) As-tu un conseil à donner aux autres femmes qui souhaitent entreprendre ?

Foncez ! Même si vous devez vous tromper, ce ne sera jamais un échec. Vous aurez essayé, vous aurez vibré, vous aurez vécu, et c’est tout ce qui compte…


Merci Maïlis pour ton partage et pour cette interview.

Bravo à toi pour ton engagement.


Retour